Unicef Luxembourg

unissons-nous pour les enfants

Période2015-2016
Fonds récoltés jusqu’à aujourd’hui1%

La situation en Ethiopie

Près de 75% des filles et femmes éthiopiennes ont été excisées.
Tout comme dans cerains pays limitrophes, la plupart des communautés éthiopiennes – surtout dans les régions Afar et Somalie – sont gérées par des structures patriarcales, où les hommes attribuent une importance particulière à la chasteté avant le mariage.
 
Pour cette raison, leur tradition prévoit l’application de mesures sévères pour la sauvegarde de la virginité, entre autre par l'intermédiaire de la mutilation génitale féminine.
 

La mutilation génitale féminine - De quoi s'agit-il?

La mutilation génitale féminine est pratiqué connaît plusieurs formes, dont aussi celle du type le plus extrême – l’infibulation pharaonique – qui consiste en l’ablation totale du clitoris et des petites lèvres, ainsi que de la surface interne des grandes lèvres, la vulve étant alors cousue pour ne laisser qu’une étroite ouverture vaginale.
 
La plupart des familles pratiquant cette tradition ne la considèrent pas comme une pratique nocive, mais comme un pas essentiel vers une acceptation sociale de leur fille.
 

Notre soutien

La mutilation génitale féminine cause des douleurs extrêmes et entraîne souvent des souffrances psychiques et psychologiques à vie. Puisque chaque enfant a droit à la santé, nous nous engageons pour l'abolition de pratique cruelle. Il faut beaucoup de patience et le but ne peut être atteint si tous les concernés travaillent ensemble. Pour lancer un processus de changement, il est important de chercher le débat et la coopération avec les communautés, afin de leur visualiser les dangers de l’excision et de trouver un consensus général pour son abandon.
 
A part la sensibilisation, un élément primordial de la lutte contre cette pratique, notre projet prévoit des soins médicaux spécialement adaptés à des femmes et des filles ayant déjà subi une excision génitale et souffrant majoritairement de conséquences telles que la rétention urinaire, des troubles de menstruation et des difficultés dans leurs rapports sexuels.
 
En particulier, les activités suivantes sont prévues :
• Formation des agents de santé et intégration de la thématique dans les services de santé reproductive
• Soutien des agents de santé dans leurs efforts de sensibilisation des communautés
• Identification, soutien et transport des femmes et filles excisées vers les centres médicaux
• Engagement de gynécologues et fourniture d’équipements médicaux aux hôpitaux
• Création de centres de santé spécialisés en le traitement des effets médicaux secondaires à l’excision
 

Faire un don

Avec un don, vous pouvez non seulement nous aider à abolir cettre tradition cruelle, mais également améliorer durablement le bien-être physique et psychologique des filles et femmes excisées.
 
Don par virement :
CCPLLULL IBAN LU71 1111 2144 2050 0000 avec la mention „STOP FGM“.
Online-Spenden unter www.unicef.lu/fgm 
 

Kontakt

UNICEF-Luxembourg
Paul Heber
Verantwortlicher für Kommunikation
Tel.: 44 87 15
Retour

En apparté...

Newsletter

Pourquoi s'inscrire?

Nvision S.A. — © 2009 Unicef Luxembourg