Unicef Luxembourg

unissons-nous pour les enfants

Fonds récoltés jusqu’à aujourd’hui64%

Alors que le conflit en Syrie entre dans sa cinquième année, la situation des 5,6 millions d’enfants qui se trouvent à l’intérieur du pays reste la plus désespérée. Ce chiffre comprend les près de deux millions d’enfants qui vivent dans les régions du pays, en grande partie coupés de l’aide humanitaire à cause des combats persistants et d’autres facteurs. Environ 2,6 millions d’enfants syriens ne sont toujours pas scolarisés.

Près de 2 millions d’enfants syriens vivent en tant que réfugiés au Liban, en Turquie, en Jordanie et dans d’autres pays. Ce chiffre s’ajoute aux 3,6 millions d’enfants issus de communautés vulnérables accueillant des réfugiés et qui souffrent à leur tour en raison des pressions mettant à rude épreuve des services sociaux comme l’éducation et la santé.  

Parallèlement, la crise que traverse l’Iraq, étroitement liée au conflit en Syrie, a obligé plus de 2,8 millions d’enfants à quitter leurs foyers et beaucoup se sont retrouvés pris au piège dans les zones contrôlées par des groupes armés. 

« Pour les plus jeunes, cette crise est tout ce qu’ils ont jamais connu. Pour les adolescents qui entrent dans des années déterminantes, la violence et les souffrances ont non seulement marqué leur passé, mais elles déterminent aussi leur avenir, a dit le Directeur général de l’UNICEF, Anthony Lake. Alors que la crise entre dans sa cinquième année, cette génération de jeunes risque de devenir une génération perdue à cause de la violence, reproduisant pour la génération suivante ce qu’elle a subi elle-même. »

Malgré les bouleversements causés par le conflit, les enfants et les jeunes continuent de faire preuve d’un courage et d’une détermination incroyables. Dans une série de nouveaux portraits présentés sur un site Internet spécial, childrenofsyria.info, l’UNICEF relate des histoires comme celle d’Alaa, 16 ans, qui s’est enfui de son foyer de la ville d’Homs, déchirée par la guerre, et qui poursuit aujourd’hui ses études tout en dirigeant des cours de formation pour les autres enfants ; ou celle de Christina, 10 ans, qui vit dans un refuge au nord de l’Iraq et aide des enfants encore plus jeunes qu’elle à faire leurs devoirs. 
L’UNICEF demande instamment de nouveaux investissements à plus long terme afin de répondre aux besoins des enfants et des adolescents, de les doter des aptitudes et des motivations nécessaires à la construction d’un avenir plus stable pour eux-mêmes. Selon l’UNICEF, de tels investissements devraient englober les éléments suivants :
 
  • Possibilités de cours de rattrapage scolaire, de formation professionnelle et d’activités de loisirs pour les adolescents. On compte environ 5 millions de Syriens âgés de 12 à 18 ans qui ont besoin d’un appui leur apportant des qualifications leur permettant de se créer des moyens de subsistance pour vivre autonomes.  
  • Possibilités d’enseignements formels et informels pour les enfants touchés par le conflit.
  • Services sociaux pour les enfants vulnérables - notamment les rescapés des violences - capables d’apporter une prise en charge et une aide psychosociales. 
  • Renforcement des systèmes d’éducation et de santé ainsi que de l’appui nécessaire pour disposer de moyens de subsistance dans les communautés d’accueil afin que la totalité des enfants touchés d’une manière ou d’une autre par le conflit puissent être aidés. 
 
 

Comment aider ?

L’UNICEF lance un appel d’urgence pour venir en aide aux enfants touchés par la crise syrienne. Les activités de nos équipes sur le terrain peuvent être soutenues par un don (déductible des impôts) :

• Sur le compte CCPL d’UNICEF-Luxembourg
IBAN LU71 1111 2144 2050 0000
avec la mention « Urgence Syrie »
 
• Sur notre site web www.unicef.lu/syrie
 

Contact

UNICEF-Luxembourg
Paul Heber
Responsable de la Communication
Tel. : 44 87 15-29
Retour

En apparté...

Newsletter

Pourquoi s'inscrire?

Nvision S.A. — © 2009 Unicef Luxembourg